FÊTONS TOUS ENSEMBLE LA LANGUE FRANÇAISE La Littérature francophone….quelle découverte

Le 20 Mars est la Journée Internationale de la Francophonie. Mais qu’est-ce que la Francophonie ?

Avec une majuscule, cela se réfère à l’Organisation Internationale ;  sans majuscule, c’est l’ensemble des personnes qui parlent le Français.

En France, pendant cette journée, on organise un jeu-concours à prix « Dis moi dix mots », et tous sont invités à créer des poèmes ou des chansons en utilisant les mots choisis.

Le Français est parlé en Europe mais aussi dans beaucoup d’autres pays. Bref,  c’est une langue présente sur tous les 5 continents!

Nous avons eu l’occasion de connaître la culture et la littérature de quelques pays francophones  par la lecture  de textes que notre professeur M.me Antonella Tacconi et la conversatrice de français, M.me Joséphine Lionti, nous ont proposés  en classe…

Les  différents auteurs nous ont présenté des thèmes,  à notre avis, universels comme l’exploitation des femmes ou des enfants, la solitude et l’exil, les injustices et l’amour.

A travers la sensibilité de Leila Sebbar de Tahar Ben Jelloun,  de Andrée Chedid, et de Jacques Brel nous avons appris beaucoup de choses.

Encore aujourd’hui, dans de nombreux pays, les femmes, mais aussi les enfants, sont considérés comme inférieurs et souvent obligés de renoncer à leurs droits et à leur rêves dans une société machiste  qui les exploite et qui leur interdit les plaisirs.

Tahar Ben Jelloun, un auteur marocain qui, dans son roman « Partir », parle d’une jeune fille Malika obligée de quitter l’école parce que son père considérait ce lieu inutile. Cette pauvre jeune fille a donc commencé à décortiquer les crevettes dans une usine hollandaise qui, exploitait les mineurs avec un travail lourd, et où elle n’était même pas payée dignement.

Enfin, dans  ce texte, l’auteur traite en particulier du thème des injustices et il nous présente les modes de vie de son  pays.

Dans le texte « L’enfant multiple » de Andrée Chédid, auteure libanaise, on a abordé le thème de l’exil, un problème tristement actuel.

Le personnage principal, le petit Omar-Jo, est « forcé » à l’exil  à cause de la guerre qui a éclatée dans son pays le Liban.

Le grand-père, qui est une figure importante pour lui, l’encourage à visiter la Terre et à aller à Paris. Souvent, nous ne réalisons pas à quel point il est difficile d’abandonner son propre pays, «  son bled » et sa  famille dans l’espoir d’une nouvelle vie.

Le thème de l’amour dans la chanson « Quand on n’a que l’amour » de Jacques Brel, nous fait comprendre que l’amour seulement est capable de transformer la vie, de rendre beau et lumineux un endroit qui ne l’est pas. L’auteur nous transmet, donc,  l’idée  que l’amour s’étend non seulement à la personne aimée , mais aussi à des lieux qui nous appartiennent. 

Pour finir, la valeur de l’amour , ce sentiment précieux qui met en lumière le paysage et les sensations qu’on éprouve.  La seule chose qui reste gravée est  l’amour mais aussi  l’importance du souvenir que l’on garde dans nos cœurs.

                                              Classe 5D

Condividi:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email

Altri articoli

Verso la COP26

La conferenza sui cambiamenti climatici organizzata ogni anno (a meno che le parti non decidano diversamente) dalle Nazioni Unite è la COP: Conferenza delle

Lontano, di là di ogni altrove

“Due studentesse, ora in 3B, Anna Celeste Di Fazio e Giorgia Doroftei, hanno partecipato lo scorso anno al VI Premio di Poesia “Mario Bernardi”